Les citoyens de l’UE au Royaume-Uni pourraient être exclus des services vitaux

Des milliers de ressortissants de l’UE pourraient rencontrer des problèmes d’accès aux services essentiels parce que le gouvernement refuse de leur délivrer une preuve physique de leur droit à vivre au Royaume-Uni.

Le programme d’établissement accorde aux citoyens de l’UE le droit de rester au Royaume-Uni après Brexit. Contrairement aux autres ressortissants étrangers, ils ne reçoivent pas de permis de séjour biométrique prouvant leur statut.

Ils doivent au contraire accéder à la base de données en ligne du ministère de l’intérieur chaque fois qu’ils doivent produire une preuve d’éligibilité.

Un programme global

Ce processus, qui exige des candidats qu’ils disposent d’un smartphone et d’un accès fiable à Internet, s’inscrit dans le cadre d’un plan gouvernemental visant à supprimer progressivement les permis papier et à rendre l’ensemble du service d’immigration numérique.

Mais cela signifie que les personnes ayant un statut de résident permanent et les fournisseurs de services doivent négocier une série de connexions, d’e-mails et de codes de partage pour confirmer leur éligibilité. Et les critiques affirment que les difficultés du système en ligne pourraient les empêcher d’accéder à l’emploi, au logement et aux traitements médicaux.

Une campagne en place

« Beaucoup de choses peuvent mal tourner : des pannes technologiques, des personnes incapables de naviguer dans le système numérique et des fournisseurs de services qui ne veulent pas s’en occuper », explique Maike Bohn, co-fondatrice du groupe de soutien the3million, qui fait campagne pour un document de sauvegarde sur papier pendant que le système numérique se met en place.

« Nous ne voulons pas qu’une société à deux vitesses se développe au Royaume-Uni : Les citoyens britanniques et non européens qui peuvent prouver leur droit au travail et à l’accès aux soins de santé à tout moment et en tout lieu, simplement en présentant une carte ou un passeport physique – et les citoyens européens qui ne le peuvent pas ».

Source : TheGuardian.com