Le Royaume-Uni a choisi de ne pas participer au programme européen de vaccination contre le coronavirus

L’UE va investir 2 milliards d’euros dans des vaccins actuellement à l’essai, mais les fonctionnaires britanniques affirment que les avantages du programme sont « limités ».

Le gouvernement britannique a rejeté la possibilité d’adhérer au programme de l’Union européenne sur les vaccins contre les coronavirus en raison de préoccupations liées à des « retards coûteux ».

L’Union européenne prévoit de dépenser environ 2 milliards d’euros (1,8 milliard de livres sterling) pour l’achat anticipé de vaccins qui sont en cours d’essai pour le compte des 27 États membres.

Des négociations en cours

Les négociations avec Bruxelles sont en cours, mais Alok Sharma, le secrétaire d’État aux affaires économiques, aurait renoncé à cette possibilité, selon le Daily Telegraph. La Commission européenne devrait en être informée vendredi.

La décision de ne pas participer devrait provoquer une réaction brutale des députés de l’opposition, qui estiment que les ministres sont réticents à collaborer avec l’UE sur des projets après Brexit.

Des sources gouvernementales ont déclaré au journal que les fonctionnaires craignaient que l’adhésion au programme ne retarde de six mois le lancement d’un vaccin en attendant que les discussions sur la distribution aient lieu.

Ils ont également fait part de leurs inquiétudes quant au fait que les pays qui ont opté pour le programme seraient soumis à un plafond sur le nombre de doses allouées à chaque État membre.

« Les conditions n’étaient tout simplement pas bonnes pour nous. Le système de l’UE ne permettrait pas au Royaume-Uni de faire plus que ce qu’il fait actuellement », a déclaré une source.

Une décision qui ne poserait pas de problèmes majeurs

Une autre source a déclaré que la décision « ne nuirait pas aux efforts » entrepris par le groupe de travail sur les vaccins du gouvernement, qui coordonne les efforts de recherche et de production d’un vaccin sûr.

Les fonctionnaires ont également déclaré au journal que les avantages du programme de l’UE sont « limités » car la plupart des sociétés pharmaceutiques offrent au Royaume-Uni des prix similaires à ceux des autres pays, bien que le bloc ait déclaré que le « pouvoir d’achat collectif » permettra de réaliser des économies d’échelle potentielles.

Le Royaume-Uni a déjà conclu un accord bilatéral avec AstraZeneca en partenariat avec l’université d’Oxford, mais on craint que certains vaccins initiaux ne soient pas efficaces et le Royaume-Uni se réserve le droit de participer à tous les projets du budget 2020 de l’UE.